A partager

Cette rubrique offre l'occasion de partager des lectures. 

Lectures qui nous marquent, lectures qui nous transforment, qui nous indiquent d'autres chemins...

En d'autres termes

 

                         des lectures-rencontres

Ce qu'ils font est juste

Ils mettent la solidarité et l'hospitalité à l'honneur

"Attention, danger! Le livre que vous tenez entre les mains est compromettant pour vous, lecteur ..."

C'est ainsi que Béatrice Valleys, coordonnatrice de cet ouvrage met en garde les lecteurs. Oui, aider, héberger des migrants fait de nous des délinquants...

Chaque nouvelle qui figure dans ce recueil est un océan d'humanité, un océan d'amour qui sauve les noyés de la vie, un océan spirituel qu nous fait rencontrer l'autre dans sa fragilité

 

 

 

 

 

 

 

L'opticien de Lampedusa

Emma-Jame Kirby

Equateur 2016

Un opticien qui ne voit pas ce qui a toujours été dans ses champs de vision ? ou qui a choisi de ne pas voir ? Histoire d’une conversion. L’opticien de Lampedusa, de la britannique Emma-Jane Kirby, vit heureux sur son île, mène sa petite vie entre ses séances de footing et sa boutique de lunettes, de bons repas, des sorties de pêche en mer avec sa femme et ses bons amis … jusqu’au jour où , lors d’une paisible croisière en mer il entend de cris stridents … « on aurait dit des cris de mouettes … jamais je n’ai vu autant de personnes dans l’eau …des centaines et ils se noient sous mes yeux … »

C’est en sauvant ces hommes et ces femmes que l’opticien réalise qu’il « touchait à l’essence même de la vie » et que ces migrants n’étaient plus une statistique mais des êtres en chair et en os. Sa vie ne sera plus la même.

 « Je ne sais vous décrire cette scène. Lorsque notre bateau s’est approché de ce vacarme… On aurait dit des cris de mouettes …jamais je n’ai vu autant de personnes dans l’eau. Tant de corps se débattre, des mains attraper le vide … de visages noirs happés par les vagues …Ils crient. Ils sont partout … Là, là-bas, des centaines …Ils se noient sous mes yeux …

Je ressens encore la pression de la première main que j’ai saisie …

Ils sont trop nombreux …

Comment les sauver tous ? …

Il pense à tous ces naufrages intervenus à Lampedusa. Jamais il n’y avait prêté attention. La semaine dernière encore, il se revoit éteindre la radio en entendant parler der migrants noyés au large des côtes siciliennes. Il a esquivé les problèmes. Il a refusé d’imaginer leurs main suppliantes en prenant son petit déjeuner … »

Depuis ce jour il a la sensation que ses certitudes ont volé en éclat ….

Il ne connaît même pas leurs noms, pourtant ce qui les relie se situe bien au delà de l’amitié. Ces naufragés flottaient entre la vie et la mort. En tenant leurs mains entre les miennes en les regardant reprendre leur respiration sur le pont de son bateau, il a su qu’il touchait à l’essence même de la vie.

Jusqu’à maintenant ce n’était qu’un nombre quelconque, vide de sens. Une statistique parmi d’autres. Aujourd’hui ils sont en face à ces demandeurs d’asile en chair et en os. Ils sentent contre leurs joues le sel de leurs larmes …

Ces mains avaient toujours été dans son champ de vision. Pourtant il choisissait de ne pas les voir »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Henry Bauchau

                        La pierre sans chagrin

Poèmes du Thoronet

 

 

La rencontre, à laquelle François Cali, nous a invités et le chemin qu’il nous a fait parcourir dans La plus grande aventure du monde, nous a aussi amenés à relire les poèmes qu’Henry Bauchau à écrits lors de son séjour au Thoronn

Poèmes de la pierre qui s'élève vers Dieu, l'abbaye du Thoronet est l'un des plus parfaits exemples de l'architecture cistercienne. Les poèmes qui nous guident dans cette maison de la prière, "dans la lumière de l'amour".

De Matines à Complies, des poèmes qui nous invitent à accompagner Henry Bauchau dans sa quête spirituelle.

 

                   

                  « … Quand vous verrez,  entre les pins, l’apparition

                          La plus simple

                           Et la lumière

                           Dans ses habits de pierre sauvage … »

         

L’architecture mystique de Cîteaux

La plus grande aventure du monde

 

François Cali, photographies de Lucien Hervé

 

 

 

« Les images de ce livre sont des témoins de vérité …

La lumière et l’ombre sont les haut-parleurs de cette

architecture de vérité, de calme et de force …

A l’heure du « béton brut », bénie, bienvenue et

saluée soit, au cours de la route, une telle admirable

rencontre »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont des extraits de la préface de Le Corbusier à ce bouleversant ouvrage.

rencontre avec l’architecture mystique cistercienne.

François Cali suscite cette rencontre : « Les premiers hommes de Cîteaux n’avaient rien à dire que leur foi et leur architecture n’en dit pas plus. Invention de maçons plus que d’architectes, d’ouvriers de Dieu plus que de logiciens de Dieu, elle est un instrument de liturgie dans le sens le plus noble du mot, de ce qui sert à une cause, la foi, à produire ses effets : décrire Dieu dans ses dimensions canoniales, le louer dans le mystère qui les anime, les élève et les tient réunies, proportionnelles et monumentales, sept fois le jour et une fois la nuit, à Matines, Laudes, Prime, Tierce, Sexte, None, Vêpres et Complies ».

François Calvi nous fait vivre cette rencontre.

Rencontre avec les grands textes mystiques et bibliques qui illustrent les photographies de Lucien Hervé où l’ombre et la lumière forment des contrastes saisissants et traduisent en image le langage des mystiques.

 

François Calvi nous accompagne dans cette rencontre à la fois à l’intérieur de cette architecture et à l’intérieur de nous-mêmes.

« Regardant au loin voici je vois venir la puissance de Dieu … » Amalaire de Metz

 

 

 

 

François Cali est historien, professeur à Columbia University, éditeur, photographe, graphiste, Il a marqué d’une empreinte indélébile l’art de l’image et du livre dans sa vision de l’esprit du Moyen Âge à travers les sommes : La plus grandes aventure du monde, L’architecture mystique de Cîteaux, (1956),L’Ordre cistercien (1972) et L’Ordre ogival (1963),

 

Lucien Hervé (né László Elkán ) est un photographe français d'origine hongroise.

Créé avec Wix.com

ME SUIVRE

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • c-youtube