Gérard Truffandier, "photographe sensibilité"

 Photographe professionnel, essentiellement inspiré par les compositions et la sensibilité de Sebastiao Salgado et Werner Bischof, il travaille sur Angoulême pour tout genre de projets selon la clientèle et la demande de celle-ci.

Il présentera sa série de photos 
 sur les derviches tourneurs en Turquie Centrale
Photos qu'il a réalisées en juillet 2014 lors d’un voyage en Turquie, à Konya ou il s’était déplacé tout spécialement pour assister à la cérémonie qu'il présente lui-même comme suit :

CÉLÉBRATION SPIRITUELLE DES DERVICHES TOURNEURS

    Konya, Turquie centrale

 

LE SEMA

A travers cette danse cérémonielle, les derviches aussi appelés semazens visent à atteindre la source de toute perfection, ou kemal. C’est une forme de méditation par recherche de la transe mystique d’origine soufie (voie ésotérique de l’Islam).

Ceci est recherché à travers l'abandon des nafs, (ou désirs personnels) en exécutant un mouvement circulaire répétitif au son de la musique. Ce tournoiement est une imitation symbolique du mouvement des planètes dans le système solaire, en orbite autour du soleil

 

LE SOUFISME

C’est un courant initiatique et mystique de la religion musulmane connu depuis le 8ème siècle. Il se structure en confréries aux 12ème et 13ème siècles

 

 

RÛMI

Poète mystique persan, Djalàl ad-Dîn Rûmi est né en 1207 dans l'actuel Afghanistan. Il est mort à Konya (Turquie centrale) en 1273. Il est le fondateur des derviches tourneurs de Konya et a profondément influencé le soufisme.

Reconnu lui-même de son vivant comme un grand maître spirituel, il fréquentait les chrétiens, les juifs autant que les musulmans.

Il meurt à l'âge de 67 ans, vénéré par toutes les communautés

 

 

VÊTEMENT ET MUSIQUE

Lors des cérémonies, les derviches, vêtus d'une longue tunique blanche et d'une toque cylindrique en poil de chameau, pivotent sur la pointe des premiers orteils du pied gauche en traçant un cercle autour de la piste en plusieurs périodes de dix à trente minutes.

La position de leurs mains est symbolique : la droite levée vers le ciel recueille la grâce divine qu'ils transmettent à la terre par la main gauche tournée vers le sol.

Les derviches tournent au son du ney (flûte de roseau) et des dafs (percussions sur cadre), accompagnés de chants religieux.

Ce concert spirituel est donc une forme de prière

 

L'IMAGE OMNIPRESENTE DE LA MORT INITIATIQUE

Le bonnet conique représente la stèle funéraire musulmane.

Le manteau noir est une métaphore de la transmission de l'autorité spirituelle du prophète au maître du sema.

Le retrait du manteau noir symbolise la résurrection du derviche après la mort initiatique.

La robe blanche est l'image du linceul qui recouvre la dépouille du mort.

Créé avec Wix.com

ME SUIVRE

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • c-youtube