Diplômée d’un D.E.A de l’Institut d’études iraniennes, Sorbonne Nouvelle, Paris III, et d’une maîtrise en littérature et linguistique obtenue à l’Université de Bâle, Manijeh Nouri-Ortega, née  à Téhéran, est chargée de cours à l’Institut Catholique de Toulouse (faculté des lettres et des sciences humaines). Membre honoraire du CNRS. 

Responsable d’un groupe de recherche. Champs de recherche : 

 

  • Traduction de la poésie mystique persane en français et en allemand 

  • Recherche de la terminologie en mystique comparée 

  • Histoire de la littérature persane classique 

Publications

 

  • « Le sens de l’Amour chez Rûmi » : Manijeh Nouri-Ortega, Dervy, Paris Octobre 2004

 

  • « La conférence des oiseaux » : ‘Attâr, Seuil, Paris 2002

 

  • « Coeur et Beauté ou Le Livre des Amoureux » : Fattâhi de Nishâpur, Dervy, Paris 1997

 

  • « Le langage des Oiseaux », traduction annotée, éditions du Cerf, Paris, 2012 

PRESENTATION DE L'OEUVRE MYSTIQUE DE MOHAMMAD IBRAHÎM FARID UD-DÎN ATTÂR, MANTEQ UT-TAYR OU LE LANGAGE DES OISEAUX DU XIIIe

 

Farid ud-Dîn 'Attâr de Nishâbour, est un des plus grands poètes soufis persans. Sa poésie, de son vivant au XIIIe et jusqu'à nos jours est un réel guide de la Voie de la spiritualité musulmane.

 

Parmi ses six oeuvres, le langage des oiseaux, Manteq ut-Tayr est le plus connu en Europe. Depuis 1863, une traduction de cette oeuvre, considérée comme une oeuvre de la mystique universelle, existe en français.

 

Depuis le XIXe siècle, ce texte sert aussi en Europe de guide pour tout chercheur sur le Chemin du Créateur.

 

En apparence, c'est un conte à la portée de tous, grands et petits, croyants et non-croyants. Il s'agit du voyage des oiseaux, guidés par la huppe, compagnon de Salomon, à la recherche de leur roi.

 

Les oiseaux, tels le rossignol, le paon, le perroquet, le faucon, le canard, la perdrix, le moineau et bien d'autres, traversent sept vallées qui sont les Vallées de la Recherche de l'Amour, celle de la Connaissance, de se suffire à Lui-même, de l'Unicité de Dieu, de la Stupéfaction et enfin, la vallée de la Pauvreté et de l'Anéantissement. Après avoir traversé ces vallées, ils arrivent au Seuil de Sa Majesté le roi Simorgh. Le roi leur demande pourquoi ils sont venus jusqu'au sommet de la montagne Qâf.

 

"Ils sont venus pour le choisir comme roi", répondent les oiseaux et le prient d'accepter qu'ils se mettent à son service. Finalement Simorgh les admet à son Seuil, et leur annonce également qu'il est le miroir. Celui qui arrive à son Seuil se reflète en lui.

 

L'histoire du voyage des oiseaux, inspirée par le verset 16 de la sourate 27 du Coran décrit d'une manière allégorique et simple le chemin vers le Créateur et vers la lumière en soi. L'allégorie est depuis toujours un outil de la pédagogie et de l'enseignement spirituel dans la culture persane.

 

La diversité des oiseaux quant à leur forme, leur taille et leur chant montre la diversité des êtres humains quant à leur couleur, leurs traits de caractère, leur nature et surtout quant à leur engagement vis-à-vis du chemin qui mène vers la lumière en eux.

 

La traduction du "Langage des Oiseaux" éditée aux Editions du Cerf en 2012, est une nouvelle proposition pour la lecture de cette poésie persane en français, il rend les stiques tels qu'ils sont en persan. Une large annotation élucide le texte. Cette annotation concerne le vocabulaire et la terminologie mystique, les références coraniques et littéraires, les différences avec les traductions précédentes en français, en anglais, en italien et en allemand.

Créé avec Wix.com

ME SUIVRE

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • c-youtube